L’Assemblée Générale est un moment fort de la vie d’Alma qui allie transparence, échange et convivialité. Un événement privilégié où tous les salariés-associés se retrouvent pour suivre la marche de l’entreprise, débattre et éventuellement prendre des décisions. Immersion dans « l’AG d’été » qui s’est tenue cette semaine.

 

L’AGO n’ayant par définition lieu qu’une fois par an, chez Alma nous avons instauré de longue date une autre « AG », non officielle et moins formelle, pour les seuls salariés [1]. Cette AG a traditionnellement lieu au début de l’été, quelques mois après l’AGO de clôture des comptes.

Un effort de transparence

La transparence un des fondements de la vie coopérative et du « contrat » qui lie les Almatiens et les responsables de la Scop (DG, administrateurs, responsables d’équipe). Elle s’incarne dans de nombreux canaux d’information (réunions d’équipe, newsletter du Conseil d’Administration, Alma Café, commissions, etc.) et donc naturellement dans les AG.

Qu’il s’agisse de la situation économique des scopettes, des projets stratégiques ou des questions d’organisation interne, le Conseil d’Administration qui prépare l’AG attache une grande importance à transmettre le maximum d’information aux Almatiens et à n’occulter aucun sujet, fut-il délicat. On objectera que le CA ne peut être totalement objectif… Sans doute, mais le souci constant de la transparence est le meilleur moyen de prévenir tout risque de manipulation, et la liberté d’expression dont jouissent les Almatiens est un solide garde-fou.

Il y a donc chez Alma – avec juste raison – une très forte exigence en matière d’information interne. Au risque de ne pas toujours se rendre compte de l’importance des efforts qui sont fournis pour produire, diffuser et « historiser » cette information… Et être informé ne signifie pas forcément réagir ou participer, mais c’est un autre sujet.

Un moment participatif

Libérée des aspects légaux un peu rébarbatifs de l’AGO, l’AG d’été a vocation à être plus participative. Elle permet aux Almatiens de s’exprimer et de débattre de sujets variés : stratégie, business, vie coopérative, etc.

Cette année, une grosse moitié du temps a été consacrée à un « world café » : plusieurs tables de bar avec à chacune un thème, autour desquelles les participants se répartissent librement et successivement en petits groupes pour discuter [2]. Cinq thèmes ont été abordés, couvrant des sujets aussi différents que le lancement d’un accélérateur, l’organisation et la gouvernance du groupe Alma, la retraite complémentaire, l’intranet collaboratif ou l’organisation du prochain week-end des Almatiens.

Si cet exercice d’inclusion implique les personnes et stimule leur créativité à l’instant t, il faut aussi s’efforcer de capitaliser ce travail et faire en sorte que les idées continuent ensuite à alimenter le débat.

La prise de décision

Très bien, me direz-vous, mais vous ne votez pas dans les AG ? Et bien pas toujours, et en fin de compte pas si souvent ! On a parfois tendance à croire que dans une Scop, toutes les décisions sont votées en AG et en corollaire, que tout le monde décide de tout… C’est en réalité beaucoup plus subtil que cela. Le vote en AG n’est que la partie émergée d’un processus de prise de décision graduel (informer, débattre, décider) et multi-niveaux (individu, équipe, scopette, Alma). Alors bien sûr, les décisions importantes sont votées, en AG ou ailleurs, mais ce n’est que l’aboutissement d’une démarche collaborative très structurée. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans ce blog.

Un moment convivial

Comme dans le village gaulois bien connu où toute aventure se termine par un banquet, que serait une soirée d’AG à Alma sans un final festif ? C’est donc devenu une tradition d’accueillir pendant l’apéritif une formation musicale ou théâtrale dans laquelle un(e) Almatien(ne) est impliqué(e) – cette année ce fut le tour de la troupe d’improvisation « Les Quand Mêmes » – , avant de festoyer sur l’herbe à la lumière des lampions. Et qu’on se le dise, celui qui tente de relancer le débat sur la stratégie de développement de la scopette CFAO est bâillonné et attaché à un arbre !

 

[1] Comme chez Alma tous les salariés sont associés au bout d’un an de présence, et que ceux qui ne le sont pas encore sont toujours conviés aux AGO puisqu’ils ont vocation à le devenir, les participants sont à peu près les mêmes, les quelques associés extérieurs en moins.
[2] Chaque groupe débat du thème pendant 20 à 30 minutes puis les participants vont rejoindre d’autres tables pour les « polliniser ». A chaque table, un « hôte » accueille les nouveaux convives et leur résume les idées majeures des conversations précédentes. Tous les participants se retrouvent enfin en session plénière pour une restitution selon un livrable prédéfini.