Au Bonsens des Mets, une structure hébergée par Alma depuis 2008, vient de se transformer en Scop. L’aboutissement d’un projet porté par une équipe de battantes et d’un accompagnement réussi d’Alma et de l’Union Régionale des Scop Rhône-Alpes.

 

Les entreprises qui gravitent autour d’Alma sont soit directement liées à nos activités (filiales de distribution étrangères pour la CFAO ou liées à l’activité Santé comme Accoss), soit impliquées elles-mêmes dans l’informatique (jeunes coopératives comme Artics par exemple). Une exception : Au Bonsens des Mets, une petite structure de restauration maison élaborée à partir de produits le plus souvent bio et locaux, hébergée depuis 2008 sur notre terrain à Saint-Martin-d’Hères.

Au Bonsens des Mets et Alma, c’est une histoire de rencontre et d’affinités. Les deux fondatrices cherchaient à s’installer près du campus universitaire pour y livrer leurs plateaux repas en vélo et à se faire épauler par une structure réceptive à leurs valeurs, déjà coopératives. En effet, accompagner et même héberger des petites structures est dans la continuité du projet de Scop d’Alma. A plus forte raison quand la structure en question est liée à l’ESS et porte des valeurs semblables aux nôtres : ancrage local, valorisation du travail, participation aux décisions, souci de l’environnement… En plus, leur approche originale de la cuisine sur le lieu de travail nous a séduits.

Au-delà de l’aspect réseau et de l’accompagnement, qui peut aller jusqu’à du transfert de compétences (gestion, communication, etc.), héberger Au Bonsens des Mets a bien sûr pour Alma un intérêt direct, celui de nous servir de cantine ! Une quinzaine de plateaux en moyenne sont servis chaque jour pour les Almatiens et déjeuner ensemble sur le lieu de travail a introduit beaucoup de convivialité.

Les « caravanières » du Bonsens des Mets, comme on les appelle chez Alma (eu égard à leur première cuisine mobile) ont prouvé que leur modèle économique fonctionnait. Ainsi elles viennent d’entamer une nouvelle phase dans leur développement, accompagnées dans cette démarche par Alma (en particulier Laurence Ruffin qui connait son sujet) et surtout par l’URScop Rhône-Alpes : la transmission de l’entreprise par leur fondatrices à trois salariées et la transformation en Scop, statut imaginé dès l’origine.

 

Au Bonsens des Mets ou l’« atelier cuisine et son vélo » : Emilie, Dorothée et Muriel témoignent

Nous voilà en Scop mais nous sommes restées fidèles au modèle de départ : tout cuisiner nous-mêmes dans le bungalow à partir de produits locaux ; répartir notre activité entre plateaux repas (livrés à vélo le midi sur le lieu de travail) et buffets (livrés en voiture). Alma, c’est presque une troisième activité : nous avons une relation privilégiée avec les Almatiens, que nous côtoyons tous les jours. Il y a plus de liens qu’avec les clients que nous livrons.

Le statut coopératif était pour nous le cadre idéal pour partager les responsabilités, les décisions et le travail. Car travailler en équipe et rester très polyvalentes est essentiel pour nous, c’est le meilleur moyen de préserver les relations humaines qui nous sont chères.

Au Bonsens des Mets est aussi un lieu pour se former et expérimenter. Aucune d’entre nous n’avait de formation en cuisine, nous avons tout appris ici et nous découvrons encore tous les jours… Il nous arrive aussi d’employer temporairement des salariés qui ont leur propre projet personnel et qui vont pouvoir le faire mûrir chez nous… Une façon d’élargir le réseau.

Nous venons d’embaucher un quatrième salarié (Thomas), mais nous ne cherchons pas particulièrement à grossir, même si l’activité le permettrait. Nous aurions un peu peur d’avoir à se spécialiser et de voir se diluer l’esprit d’équipe… Quoi qu’il en soit on participe tout de même à de la création d’activité localement, via notre réseau de livreurs ou nos fournisseurs. Et nous sommes fières de promouvoir le mode de livraison à vélo dont d’autres métiers commencent à s’inspirer !