ECOPLA, un des fleurons industriels de la vallée du Grésivaudan, risque de disparaitre suite à une décision du tribunal de commerce de Grenoble du 16 juin, malgré le projet alternatif de reprise en Scop porté par des ex-salariés accompagné d’une levée de fond de 2,3 M€. Depuis des semaines, de nombreuses voix tentent de se faire entendre pour soutenir ce projet qui assurerait la pérennité d’ECOPLA sur le plan industriel, économique et de l’emploi. A ce titre, Laurence Ruffin, dirigeante d’Alma tout récemment élue présidente de l’Union Régionale des Scop Rhône-Alpes, a écrit le 18 juillet une lettre ouverte au Président de la République. Nous la publions ici.

 

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

Monsieur le Président,

Le 16 juin, le tribunal de commerce de Grenoble a rendu son jugement. ECOPLA, dernier fabricant de barquettes aluminium à St Vincent de Mercuze, en Isère, a été vendue à son concurrent direct, un groupe italien, sans qu’aucun salarié ne soit repris.

Le procureur de la République n’a pas fait appel de cette décision qui pour tout le monde, élus, salariés, acteurs économiques, est un non-sens industriel, économique et financier.

En effet, le tribunal de commerce de Grenoble sacrifie, par cette décision, l’emploi industriel et la sauvegarde des savoir-faire en France, contre un chèque de seulement 1,5 million d’euros, loin de couvrir la réalité du coût social d’une telle décision, et ce à une entreprise elle-même en difficulté dont on peut vraiment se poser la question de sa capacité à payer effectivement la somme promise.

Il y a pourtant une alternative. Celle portée par les salariés d’ECOPLA et sur laquelle notre Union régionale des Scop travaille depuis des mois : la reprise de l’entreprise en Scop. Toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour assurer la pérennité de l’entreprise, en terme industriel, économique et d’emploi. Aussi les salariés d’ECOPLA ont-ils, eux, choisi de faire appel de la décision du tribunal de commerce.

Monsieur le Président, cette situation ne peut plus durer. Pour reprendre un salarié d’ECOPLA, « notre ami c’est l’emploi ». Au nom de vos engagements pour le développement économique et la lutte contre le chômage, nous comptons sur votre action :

  • Pour qu’un fleuron industriel aux 56 années d’expériences, dont le business Plan prévoit un chiffre d’affaires de 13 millions d’euros et 30 salariés supplémentaires d’ici 3 ans, puisse continuer à se développer ici dans la Vallée du Grésivaudan,
  • Pour que les salariés d’ECOPLA puissent remettre leur usine en marche, en Scop, et assurer la sauvegarde d’une filière française de l’emballage en aluminium,
  • Pour que l’emploi soit remis au cœur des décisions de justice commerciale.

Nous restons à votre disposition et à celle de votre cabinet pour vous apporter tous les éléments dont vous auriez besoin. Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, nos salutations respectueuses et sincères.

Laurence Ruffin
Présidente de l’Union Régionale des Scop Rhône-Alpes

 

 

Pour en savoir plus ou soutenir ECOPLA :

Une infographie sur le site de l’URSCOP Rhône-Alpes pour tout comprendre de l’histoire d’ECOPLA et du projet de reprise en Scop.

Un article des Echos du 19 juillet 2016.

La pétition pour soutenir ECOPLA sur change.org.