Faites-vous de la couture ? Si oui, vous avez certainement eu à découper plusieurs pièces d'un patron dans un morceau de tissu ; vous avez alors dû réfléchir à comment combiner au mieux tous les éléments pour ne pas gaspiller de tissu. C'est le même problème que rencontrent un menuisier qui découpe des pièces dans des panneaux de bois, un pâtissier avec des gâteaux découpés à l'emporte-pièce ou un chantier naval avec des pièces découpées dans des tôles.

 

Sans faire attention à l’imbrication des pièces à découper, la consommation de matière première peut doubler ; cela augmente les coûts, produit des déchets et consomme de l’énergie. C’est vrai pour tous les types de matériaux, mais particulièrement dans les industries où la matière première représente une part importante des coûts de fabrication : par exemple la moitié du prix de fabrication d’un vêtement. La qualité de l’imbrication, ou « nesting », le terme consacré en anglais, devient alors un enjeu de productivité majeur. Alma y travaille depuis plus de 30 ans avec ses logiciels d’optimisation de placement automatique.

Car on peut passer du temps à optimiser « manuellement » le placement des pièces sur la matière. Mais on se rend alors compte que c’est quelque chose de compliqué, le nombre de possibilités de combiner des pièces explosant rapidement ! Voilà un petit jeu pour que vous puissiez essayer par vous-même. A quel résultat arrivez-vous ?

Cet exemple est en fait très simple : il y a peu de pièces, les pièces sont rectangulaires, ne s’emboitent pas et n’ont qu’une possibilité de rotation. Mais dans des situations réelles, il y a de nombreuses pièces – parfois plusieurs milliers -, elles sont de forme quelconque et peuvent tourner librement. Il y a tant de possibilités de placer chaque pièce qu’il est impossible de les essayer toutes, même avec un supercalculateur et des milliards d’années.

A défaut de pouvoir garantir de trouver le meilleur résultat[1] il faut en trouver un qui soit bon, et ce dans un temps raisonnable.  C’est ce que font nos algorithmes, qui se classent parmi les meilleurs aux monde. Nous avons mis au point de nombreuses méthodes pour permettre à nos programmes de chercher intelligemment une bonne solution. Nous raffinons sans cesse ces méthodes tout en ajoutant de nouvelles possibilités pour s’adapter aux contraintes des différents matériaux et technologies de découpe rencontrés. Par exemple, pour la découpe de tôles au laser, nous savons rapprocher deux pièces pour que le faisceau les découpe en même temps. Nos algorithmes sont utilisés partout dans le monde, tant par de grands industriels que par de toutes petites entreprises pour découper du métal, du bois, du papier, de la pierre, ou même de la pâte à tarte !

Envie d’en apprendre plus ? Visitez notre site web nesting.almacam.com

[1] Exprimé en « taux de chute », ou en longueur de laize, de tôle, de panneau… utilisée.