Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le blog d’une Scop d’informatique qui trace sa route entre réussite économique et valeurs coopératives.

Placements éthiques : comment s’y retrouver et faire des choix engageants ?

Notre Alma Café le 2 février dernier était consacré à la finance et aux placements éthiques, un sujet d’attention majeur dans le cadre de la « contribution citoyenne, sociale et environnementale » d’Alma, qui au passage nous concerne aussi en tant que particuliers.

Pour l’occasion nous avions invité Thibaut Tezenas, co-fondateur de l’association Ethique et Thunes, à faire une présentation générale de la finance éthique et de ses enjeux, pour comprendre et évaluer les différents types de placements afin de se donner les clés pour agir. 

D’abord un constat : le patrimoine financier de la classe moyenne française s’élève à 3 000 Mds d’euros, quand les investissements nécessaires à la transition écologique sont évalués à 65 Mds d’euros par an. Il suffirait donc de rediriger 2% par an de ce patrimoine pendant 20 ans pour réussir la transition écologique, sachant que ce serait possible pour 70% de ce patrimoine sans concessions importantes sur le risque ou le rendement !

Les points clés à retenir pour investir éthique selon Ethique et Thunes :

✅ Toutes les banques ne se ressemblent pas, choisir sa banque est une étape importante.

✅ Les fonds sont dans leur très grande majorité assez décevants.

✅ Pour avoir un réel impact il est nécessaire de cibler ses investissements et donc de prendre un minimum de risque.

✅ Pour minimiser ce risque, il faut diversifier.

✅ Il est possible d’agir ! 😊

Notre équipe « compta-finance » qui a beaucoup travaillé ce sujet a ensuite fait l’état des lieux des placements de trésorerie d’Alma, puis a expliqué les lignes directrices qui guidaient nos arbitrages et le choix des placements éthiques. Pour cela elle a d’une part mis en place une grille d’évaluation des placements sur les critères financier (rendement, liquidité), de risque (volatilité, perte) et d’impact (ciblage, influence), et d’autre part élaboré une méthode qui agrège une note attribuée à la banque et une note attribuée au produit, ce qui permet de classer les placements selon leur niveau d’impact. 

Car en la matière il n’y a pas de solution toute faite et il est nécessaire de se construire son propre référentiel, d’autant qu’il s’agit pour l’entreprise de trouver le bon équilibre entre sécurité, rentabilité et durabilité. Et comme l’a souligné Thibaut Tezenas, la banque fait une réelle différence, de même que tous les labels de finance durable ne se valent pas.

Les placements éthiques sont des leviers importants de notre démarche sociale et environnementale et figurent à ce titre parmi nos indicateurs « de performance » suivis depuis 3 ans. De 2,5 M€ à la fin de notre exercice 2021/22 ils sont passés à 8,3 M€ début 2024, et nous nous sommes fixés un objectif ambitieux dans notre feuille de la Convention des Entreprises pour le Climat pour 2030 : augmenter significativement nos investissements vers des projets à impact environnemental ou social soutenable, avec 100% en placement éthique et 1 M€ investis dans la création d’une nouvelle activité satisfaisant ces critères, tout en travaillant avec des banques responsables comme l’illustre la récente ouverture de compte à La Nef et la collaboration rapprochée avec le Crédit Coopératif.

Pas simple de faire les bons choix en matière de finance éthique, mais avec une vraie volonté collective et de l’expertise on progresse déjà beaucoup !


Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share