Ingénieur support CFAO (INSA Lyon) entré chez Alma en 2011, Arnaud est employé depuis janvier comme VIE[1] à Singapour. Il y assure le support des clients et des distributeurs avec en parallèle l’objectif de constituer une antenne technico-commerciale pour Alma en Asie. Il nous parle de sa nouvelle vie, bien remplie.

 

Arnaud, peux-tu nous situer ton parcours à Alma ?

Je suis arrivé dans une période un peu difficile car nous étions en sous-effectif au support. Ce fut très formateur car j’ai immédiatement été mis dans le bain tout en me formant en parallèle. Premier déplacement après 5 mois, à Singapour justement, pour une installation du logiciel et une formation d’une semaine. J’ai adoré cette ville bouillonnante et ça m’a donné le goût pour les déplacements.

Pourquoi être parti à Singapour ?

Une motivation personnelle à la base, qui a permis d’élaborer avec Alma un poste sur place dans lequel je pourrais continuer à assurer le support en me focalisant sur les clients et partenaires asiatiques. Comme ces tâches ne représentaient pas un plein temps, nous y avons ajouté une mission de développement commercial en Asie. C’est donc devenu un nouveau challenge professionnel dont j’ai participé à l’élaboration. Nous avons décidé d’utiliser la formule VIE pour mon contrat de travail étant donné que mon âge le permettait encore.

En quoi consiste ton travail là-bas ?

Sur place nous avons un client important (un gros chantier naval) qui nécessite beaucoup de support. J’aide notre revendeur local à démarrer. Je suis en relation avec un partenaire qui nous recommande pour certaines affaires. Le support de notre filiale chinoise et de notre revendeur coréen est d’autant plus facile que nous sommes sur le même créneau horaire. Je les aide à démarrer de nouveaux projets pour lesquels ils n’ont pas les compétences. Je suis aussi en charge du développement de nouveaux revendeurs de la zone : formation, demos et installations. Mon objectif est d’étendre l’empreinte Alma en Asie du Sud-Est !

Comment travailles-tu avec ton équipe en France ?

Mis à part le fait que je ne suis plus dans les locaux grenoblois, ma relation avec l’équipe n’a pas tellement évoluée. Je participe toujours aux réunions, communique avec mes collègues quand j’en ai besoin. Il faut juste tenir compte du décalage horaire. Les outils de communications modernes sont mes amis, mails, Skype, WhatsApp !

As-tu rencontré des difficultés d’adaptation ?

Mon adaptation a été relativement facile car je connaissais déjà très bien le pays, y étant allé lors de plusieurs déplacements et en vacances. Je suis plutôt ouvert d’esprit, ce qui m’aide à m’adapter, et il faut dire que les gens ici sont très accueillants.

Comment sont perçues les entreprises françaises en Asie ?

Positivement, notamment grâce au luxe, à l’industrie aéronautique, au médical et bien sûr au logiciel grâce à un acteur incontournable, Dassault Systèmes. C’est plutôt bien pour nous.

Que représente cette région pour Alma ?

L’Asie un foyer de croissance notamment grâce à l’industrie navale qui y est fortement implantée. Ce secteur est historiquement un gros point fort d’Alma. C’est une opportunité pour développer notre présence en Asie, non seulement dans la construction navale, mais aussi à travers de nouveaux revendeurs ou des apporteurs d’affaires.

Quels conseils donnerais-tu aux candidats à l’expatriation ?

Je leur conseillerais de bien se renseigner sur le pays dans lequel ils vont et si leurs critères sont respectés, il faut franchir le pas et foncer ! Si l’âge le permet, le VIE, contrat unique au monde, est sans doute la meilleure façon de commencer.

 

[1] Volontariat international en entreprise : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F10040.xhtml