Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le blog d’une Scop d’informatique qui trace sa route entre réussite économique et valeurs coopératives.

Sobriété énergétique dans les locaux : c’est aussi une construction collective

Cela n’aura échappé à personne cet hiver, les mesures à prendre en matière de sobriété énergétique dans les locaux sont un sujet d’attention majeur pour toutes les entreprises et naturellement pour Alma. Il s’agit non seulement de faire notre part face à une crise de l’énergie multifactorielle mais également de s’engager durablement dans la réduction de notre consommation et de l’empreinte carbone induite. 

Un travail de fond pour traquer les gains

Chiffres et données à l’appui (qu’est-ce qui consomme de l’énergie à Alma, quelles sources, à quel coût…), un groupe de travail issu de notre commission « Environnement » planche depuis l’automne dernier sur le sujet. Une réunion ouverte à tous les Almatiens en novembre a permis de faire émerger des propositions, soumises et votées lors de notre AG le 15 décembre. Un questionnaire envoyé à tous a ensuite servi à affiner la déclinaison opérationnelle du plan de sobriété.

L’Alma Café du 26 janvier nous a permis de rappeler les objectifs de ce plan et de faire un premier bilan des mesures mises en place : ne pas chauffer ou chauffer moins en période d’inactivité, appliquer la température de consigne de 19°, optimiser l’usage des thermostats, bouger plus ou s’équiper pour avoir plus chaud, réaliser des petits travaux d’isolation… Entre septembre et décembre nous avons d’ores et déjà pu constater une réduction de notre consommation de gaz de 43% par rapport à l’année dernière[1] (la source d’énergie utilisée pour le chauffage et donc le premier enjeu chez Alma) et de 18% de notre consommation électrique. La même démarche sera suivie pour réduire et optimiser l’usage de la climatisation l’été et un tableau de bord en cours d’élaboration nous permettra de suivre de manière encore plus détaillée notre consommation énergétique.

Ce plan de sobriété est également l’occasion d’expérimenter dans la bonne humeur : 23 Almatiens se sont ainsi portés volontaires pour tester le bureau debout et 21 le vélo en salle de réunion pour rester en mouvement !

En parallèle à ce plan de sobriété à effet « immédiat », des investissements importants seront réalisés au premier semestre 2023 pour la rénovation thermique (remplacement des ouvrants d’un de nos bâtiments) et la production d’énergie solaire, avec l’installation de panneaux photovoltaïques sur des ombrières de parking dans le cadre du projet BoucL Energie en préfiguration dans la ZAE de Saint-Martin-d’Hères (autoconsommation collective), ainsi que sur nos toits (autoconsommation propre). A plus long terme la question d’une alternative au chauffage au gaz sera également posée.

Susciter l’adhésion et accompagner le changement

Au-delà des mesures de sobriété énergétique somme toute assez classiques initiées dans la plupart des entreprises, ce thème est tout de même un cas d’école en termes de prise de décision collective et d’organisation.  

Car si grâce au partage d’informations de toute nature, à de la transparence et beaucoup de pédagogie les Almatiens s’accordent sur les mesures à prendre, il n’est pas si simple de coordonner nos actions pour optimiser le chauffage de nos bâtiments tout en maintenant des conditions de travail acceptables pour tous !

Si nous avons encore des marges de progression, l’« esprit scop » est bien un atout pour arriver à concilier au mieux satisfaction individuelle et intérêt général, mais aussi pour faciliter la mise en œuvre une fois les grandes décisions prises. Comme on le dit souvent chez Alma, le processus de construction peut prendre un peu de temps, mais dès lors que l’adhésion des salariés-coopérateurs est acquise, ça roule !

Notre capacité à déléguer des sujets opérationnels transverses à des groupes de travail « relais » très impliqués permet aussi de s’assurer que les mesures seront appliquées et que les Almatiens seront toujours dans la boucle des décisions. Enfin, même si nous faisons aussi appel à des professionnels pour nous accompagner, ce sujet souvent très technique et nécessitant des arbitrages complexes est une opportunité pour des Almatiens de monter en compétences et de fortifier notre démarche environnementale.


[1] L’incidence de l’automne et du début de l’hiver doux est marginale.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share